Encabezamiento

NEWSLETTER 31

Novembre-Décembre 2013

EDITORIAL:

Terminer l’année sur l’avis négatif remis par la commission  européenne concernant notre demande de renouvellement de notre cadre de partenariat en tant que réseau européen de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, on rêvait mieux…

La Commission européenne semble ne pas percevoir la réalité et  l’impact direct qu’apporte chaque travailleur social de rue auprès des personnes exclues.  Certes, nous avons encore à améliorer la visibilité de ce métier si particulier, mais pour de nombreuses autorités et administrations, le travail social de rue est aujourd’hui  connu, reconnu et apprécié pour sa proximité et son impact direct auprès des populations les plus exclues.

Cette critique n’est-elle pas le reflet d’un fossé grandissant entre les acteurs de terrain et la Commission européenne ? 

La volonté de la Commission européenne d’interrompre le dialogue entre les acteurs de terrain et les autorités est un message fort qui est envoyé à des milliers de travailleurs sociaux de rue en Europe et au-delà. Elle démontre peut-être la difficulté à unir les différences. 

Le partenariat entre la Commission européenne et les travailleurs de rue reste une belle opportunité de mobilisation entre les autorités et les acteurs de terrain de 1ère ligne.  N’est-ce pas là une richesse que de construire des alliances au départ improbables autour d’enjeux communs tels que la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale ? Quoi qu’il en soit,  les travailleurs sociaux de rue resteront fiers de leur liberté d’agir et de parole et continueront de s’enrichir des singularités et différences des autres.

Dynamo international - Street Workers Network existe depuis de nombreuses années, et ce bien avant n’importe quel soutien financier. Il existera encore pour de nombreuses années avec ou sans moyen car l’essence même de notre action c’est avant tout le bien-être de l’autre et la défense de ses Droits.

Ce qui reste à faire est plus important que ce qui a déjà été fait…

Bonnes fêtes à tous et à toutes...

 

LUTTE CONTRA LA PAUVRETÉ

ET L´EXCLUSION SOCIALE


Suivi de la conférence

"Protection sociale, citoyenneté et travail de rue "

Notre conférence sur la protection sociale, la citoyenneté et le travail social de rue a eu lieu au Comité des Régions à Bruxelles le vendredi 22 Novembre.

Les travailleurs sociaux de rue ont été heureux de partager leurs préoccupations et d'échanger leurs expériences avec les participants, une étape vers la participation des citoyens dans l'élaboration des politiques.

Après l’ouverture de la journée par Dynamo International et la projection de l'extrait du film - documentaire « Le prix du pain », un débat animé a eu lieu. Des orateurs de haut niveau (biographies ici) ainsi qu’une participation très active du public en ont fait un événement de succès en permettant d'aborder la question sous différents angles.

La session de l’après-midi a porté sur les recommandations politiques de  Dynamo International -Street Workers Network sur la protection sociale , qui ont été officiellement présentés et discutés avec les membres du Réseau .

Pour regarder l'extrait du film - documentaire « Le prix du pain ». 

Photos 1

Photos 2

Un rapport complet de l'événement sera disponible bientôt. Pour plus d’informations, s'il vous plaît contacter:   dynamo-int@travailderue.org

Adoption du premier instrument juridique de l’UE relatif à l’inclusion des Roms

Engagé sur le terrain dans le domaine de l’inclusion de Roms depuis des nombreuses années, Dynamo International – Street Workers Network a suivi les travaux législatifs au niveau européen  et a été également impliqué dans le groupe de travail pour l’inclusion de Roms (lien : recommandations politiques du Réseau). C’est dans ce cadre que le Réseau félicite la récente recommandation du Conseil de l’Union européenne visant à accélérer l'intégration socioéconomique des communautés Roms.

Le 9 décembre dernier, 28 États membres de l'Union se sont tous engagés à mettre en œuvre un ensemble de recommandations, proposées par la Commission européenne, au sujet de la situation des Roms. Jamais l'UE n'avait adopté auparavant d'instrument juridique pour l'inclusion des Roms. En adoptant cette recommandation, les États membres s'engagent à entreprendre des actions ciblées pour combler les écarts entre les Roms et le reste de la population.

La recommandation est axée sur les quatre domaines dans lesquels les dirigeants de l'UE ont souscrit à des objectifs communs pour l'intégration de ces populations au titre du cadre de l'UE pour les stratégies nationales d'intégration des Roms: accès à l'éducation, à l'emploi, aux soins de santé et au logement, accès à l'éducation, à l'emploi, aux soins de santé et au logement.

Elle donne, en outre, des orientations aux États membres au sujet de politiques transversales relatives à l'intégration des Roms: par exemple, assurer le caractère local des stratégies, faire respecter les règles de lutte contre les discriminations, suivre une approche d'investissements sociaux, protéger les femmes et les enfants Roms et s’attaquer à la pauvreté.

Proposition de recommandation du Conseil, déposée par la Commission, içi


 

NOUVELLES

Nouvelles de la Bulgarie: campagne de prévention VIH / sida "La vie n'a pas de prix! Ne jouez pas avec! "

Le 1er Décembre - Journée mondiale du sida, les bénévoles du club S.U.P.E.R. de l'Alliance pour les enfants et les jeunes ont fait une campagne dans un centre commercial connu de Sofia, où ils atteignaient les jeunes, donnant des informations sur le VIH et le SIDA et en fournissant des préservatifs.

Ces activités font partie du programme «Prévention et contrôle du VIH / SIDA» du ministère de la Santé, avec le soutien des bénévoles du réseau Y-Peer. Un cabinet mobile pour le dépistage gratuit et anonyme du VIH était également disponible sur place.

Le slogan de la campagne est "La vie n'a pas de prix! Ne jouez pas avec!"

Pour plus d'informations:     matveevaulyana@gmail.com

Ulyana Matveeva

(Membre de la Plateforme bulgare de Dynamo International - Street Workers Network)

Nouvelles de l'Albanie : retour sur les Camps d'été 2013

Depuis de nombreuses années ARSIS Albanie mène des activités d'été dans le grand parc de Tirana. Cette année, les activités d'été se sont déroulées pendant quatre semaines en juin et juillet. Sur un total de 335 enfants bénéficiaires, environ 60 enfants ont pris part quotidiennement à l'initiative. Les groupes d'âge variaient de 4 ans à 19 ans. La plupart d'entre eux fréquentaient ces activités pour la première fois.

Une équipe de 12 spécialistes (travailleurs sociaux et animateurs sociaux) et 8 volontaires (4 d'entre eux des étudiants praticiens) ont soutenu et supervisé la conduite des activités d'été qui incluent:

  • Les programmes de formation à l'outil de travail « Mobile School »;
  • Des programmes de loisirs et de divertissement tels que des œuvres d'art, peintures et jeux ;
  • Des ateliers sur divers sujets concernant la santé, le corps de l’enfant, l'hygiène personnelle, l'estime de soi.

Les activités d'été ont promu le bien-être des enfants, la participation, le développement personnel et la connaissance des droits de l’enfant. La plupart des enfants qui ont participé sont des enfants en situation de vulnérabilité tels que les enfants en situation de rue, les enfants victimes d'abus, de négligence et d'exploitation, ou exposés à la violence et à plusieurs formes de maltraitance. La plupart de ces enfants viennent de familles dysfonctionnelles, les familles dont les parents sont divorcés, vivant dans l'extrême pauvreté et qui n'ont pas accès aux besoins fondamentaux de base.

Pour en savoir plus merci de cliquer ici

 Par ARSIS Albanie Membre de Dynamo International - Street Workers Network

Certificat Universitaire “Approche interdisciplinaire des droits de l’enfant ", 2014

Depuis une trentaine d’années, la notion de droits de l’enfant a émergé de la pratique de différents intervenants travaillant avec des enfants, qu’ils soient enseignants, éducateurs, assistants sociaux, pédagogues, etc. Ce n’est que plus tard que ces droits ont fini par être reconnus officiellement et ont été traduits dans des textes fondamentaux. Loin de constituer un enjeu uniquement juridique, les droits de l’enfant émanent de disciplines variées et sont appelés à être mis en œuvre par de multiples acteurs.

Afin de mettre cette diversité au premier plan par une approche globale et critique des droits de l’enfant, une formation aura lieu de février à juin 2014, à Louvain-la-Neuve (Belgique), le vendredi et le samedi de 9 à 18h.

La formation vise à élaborer des outils et des méthodes pour les utiliser concrètement. Le programme fait interagir des enseignants belges ou étrangers, des professeurs d’université, des membres d’institutions internationales et d’O.N.G. ainsi que des acteurs de terrain qui, dans leur domaine, sont experts des droits de l’enfant, ce qui garantit la rigueur de leur approche.

Pour plus d’informations et pour s’inscrire: brochure

 

L’UNION EUROPÉENNE ET VOUS

Bénévolat à l’étranger : par où commencer?

Pour partir à l'étranger avec le Service Volontaire Européen, vous devez trouver une organisation d'envoi. Si vous n'en connaissez pas, vous pouvez consulter les sources suivantes:

  • l'agence nationale de votre pays;
  • le centre de ressources SALTO régional, uniquement pour l'Europe orientale et le Caucase, l'Europe du Sud-Est et la région euro-méditerranéenne;
  • la base de données des organisations accréditées.

Votre organisation d'envoi vous aidera à élaborer un projet et à trouver un poste qui correspond à vos intérêts et à la durée souhaitée du séjour. Ce n'est pas toujours facile, mais ça vaut la peine de persévérer!

Le guide SVE fournit des informations détaillées sur les premières démarches à accomplir et sur le fonctionnement global du programme.

Source : Europa website

 

AGENDA

TICTAC en Roumanie - Formation multilatérale pour soutenir la qualité des projets de formation et de mise en réseau du programme Jeunesse en action.

Cours de formation, 7-13 avril 2014, Roumanie

TICTAC est une formation destinée aux jeunes travailleurs bénévoles et professionnels de jeunesse qui souhaitent utiliser la coopération internationale pour améliorer leurs stratégies de développement local conformément avec les objectifs de leurs organisations. La formation TICTAC vise à aider les participants dans la conception de projets qualitatifs et à ce qu’ils deviennent les pionniers du nouveau programme Erasmus + Jeunesse en action à partir de 2014.

Ce cours de formation est destiné à 30 participants maximum des pays suivants: Belgique - FR , Croatie, Chypre, République tchèque, Allemagne, Hongrie, Islande , Lettonie, Liechtenstein, Pays-Bas, Norvège , Pologne, Roumanie , République slovaque , Suède, Suisse , Turquie , Royaume-Uni , Europe et CAUCASE DU SUD -EST .

Contact: Roxana Cristea,     roxana.cristea@anpcdefp.ro    

Plus d'informations

 

PAROLES DE RUE

« L’Eldorado » chez les helvètes

Il est 16h, j’ai rendez-vous à la petite épicerie de la rue du F. où le tenancier K., originaire du Sri Lanka, conçoit sa boutique comme un lieu social où passent de nombreuses personnes dont diverses communautés africaines. J’ai l’habitude d’y faire un saut pour prendre une boisson et entretenir le lien avec des populations, notamment celles sans titre de séjour régularisé, à la recherche de « l’Eldorado ».

K. m’a appelé une demi-heure avant face à la tristesse et à la détresse de jeunes adultes nigériens. Un de leur proche s’est noyé la veille dans le lac à proximité.

Je les accompagne au cimetière où se recueille une trentaine d’autres compatriotes. L’angoisse et la colère se lisent sur leur visage. « Connaissant » (présence de rue et projet collectif développé ensemble) la plupart d’entre eux, je suis très vite introduit dans leur espace de recueillement. Progressivement et à l’issue de discussions en anglais ou dans leur langue de tradition, l’incompréhension est de mise et le ras-le-bol transpire dans le ton de leurs propos et dans l’intensité de leurs regards. Ils sont fâchés car la noyade est survenue pendant un contrôle de papier.

Selon les témoins présents, le jeune homme, ayant bu quelques bières et ne sachant pas nager, aurait couru et sauté dans l’eau pour éviter la confrontation avec la police.

Ces nigériens, montrés du doigt ou stigmatisés par une grande part de la communauté de la région, sont en effet considérés avant tout comme des dealers.

Pour lire plus

Par Vincent Artison

Plateforme romande du travail social hors murs (TSHM).

Membre de Dynamo International – Street Workers Network


L’information contenue dans cette publication ne reflète pas nécessairement la position ou l’opinion de la Commission européenne.