Encabezamiento

NEWSLETTER 27

Mars-Avril  2013

EDITORIAL:

TRADITION – MODERNISATION

SOCIALISATION – INDIVIDUALISATION

Des concepts qui indiquent que la rue d’hier et celle d’aujourd’hui n’ont pas les mêmes caractéristiques. Une rue représentée à travers ses symboles qui auront permis et qui permettent à des villes de se construire à la volonté des Hommes.

Elle est aussi le crie d’une alliance ou d’un conflit entre le passé et le présent de l’histoire des civilisations, d’un extérieur vers un intérieur façonné pour expulser ou intégrer les hommes. De tout cela résulte de nombreuses rues qui prennent naissance sous l’inspiration de l’art des hommes.

Urbanisation diront certains.

Mais la rue ne reste que le théâtre des pouvoirs politiques et de ses habitants tel un miroir qui reflète l’image d’un enfant et de son éducation.

Sauf que pour faire face à certaines problématiques, le travailleur social de rue s’active pour communiquer, tisser des liens, éduquer, accompagner… ne peut être TRAVAILLEUR SOCIAL DE RUE qui veut.En effet, il n’existe pas de faux-semblant dans ce secteur car tout masque se retrouve, un jour, fondu au soleil ou givré par un vent glacial.

Le TRAVAIL SOCIAL DE RUE est bien d’une vocation, celle d’aller vers l’autre sans préjugé.

Etre capable d’écouter activement et avec empathie dans la « réalité contextuelle » de l’autre.

L’œil est le silence de la rue tel est le travailleur social. Cependant, nombreux sont ces silences rassemblés qui taisent la douleur mais savent hurler la souffrance. Dynamo International où l’union est la force d’un réseau.

Marie-Claire Lavater

Coordinatrice régionale pour le continent Europe -

Dynamo International -Street Workers Network

 

LUTTE CONTRA LA PAUVRETÉ

ET L´EXCLUSION SOCIALE

Dynamo International à Dublin pour combattre la pauvreté des enfants et promouvoir le bien-être des enfants

Ce 10 avril 2013 à Dublin, j’ai eu le plaisir de participer à la table ronde organisée par Eurochild, le Réseau Européen de lutte contre la pauvreté (EAPN), l’UNICEF et le Gouvernement Irlandais, autour du thème « Agir pour combattre la pauvreté des enfants et à promouvoir le bien-être des enfants".

L’événement a vu la participation des hauts responsables politiques et des experts : le ministre irlandais pour l’enfance, Frances Fitzgerald, a été rejoint sur le panneau par Lieve Fransen, directeur de la stratégie Europe 2020 de la Commission européenne; Jana Hainsworth, Secrétaire général de Eurochild, Christopher Whelan, professeur émérite de l’école de sociologie UCD; et Gordon Alexander, directeur Bureau de l'UNICEF pour la recherche à Florence.

Le nouveau rapport de l'UNICEF « Report Card11 », sur le bien-être de l’enfant dans les pays riches, a été lancé et un débat de haut niveau a eu lieu autour de la recommandation « Investir dans l’enfance pour briser le cercle vicieux de l’inégalité », adoptée par la Commission européenne le 20 février dernier.

Cette recommandation est le fruit d’une large concertation dans laquelle Dynamo International- Street Workers Network a été impliqué avec plusieurs autres réseaux et associations. Une recommandation qui vient à un moment crucial où les politiques sociales sont mises  en péril par les mesures d’austérité prises par la plupart des états membres de l’Union européenne.

Face à cette réalité il est essentiel de maintenir voire de renforcer les actions sociales de proximité comme le travail de rue, les actions préventives, le travail de jeunesse etc… Pour l’instant malheureusement ce sont précisément ces projets qui sont visés par les réductions financières.

Pour que cette recommandation devienne une réalité,  le réseau international de travailleurs sociaux de rue a mis en avant des recommandations clés adressées aux décideurs politiques.

Edwin de Boevé coordinateur de Dynamo International Street Workers Network

Voici le texte complet de l´intervention.

Pauvreté, exclusion sociale et droits de l'homme - Conférence internationale à Prague

L’association tchèque de travailleurs de rue (CAS) organise une conférence internationale sur la pauvreté, l'exclusion sociale et les droits de l'homme. L'événement aura lieu à Prague, en République tchèque, le 13 et 14 juin 2013.

La conférence sera assistée par des travailleurs de rue de tous les coins du pays, des experts universitaires, des pouvoirs publics et des experts étrangers (environ 200 personnes). Il y aura des tables rondes et des ateliers. Les participants de la Slovaquie, l'Allemagne et la Grande-Bretagne ont confirmé leur présence à ce jour.

Au cours de la conférence, le prix annuel pour le meilleur travailleur social de rue tchèque et la meilleure organisation seront annoncés. Le gagnant obtiendra une récompense appelée «Casovanabota» («boot Time »).

Cette conférence fait partie d'un projet de trois ans financé par le Fonds social européen. Le nom complet du projet est "Renforcement de la qualité des services sociaux à travers le partage de bonnes pratiques dans les pays de l'UE " et a comme objectif principal de renforcer l'efficacité du travail de rue en République tchèque et la coopération avec d'autres pays européens.

Karolina Panuskova, membre  du Dynamo International Street Workers Network.

Photos du prix “Time boot“ de l’année dernière.

Pour plus d'informations:  panuskova@streetwork.cz

 

NOUVELLES

Nouvelles de la Martinique : Médaille pour le secrétaire de « La rue de chez moi »

Le 15 mars, Claude FITTE-DUVAL, éducateur spécialisé et ingénieur urbain social, a reçu  la médaille des affaires sociales et de santé par le ministre délégué à la Ville François LAMY.

Claude est actuellement  secrétaire de « La rue de chez moi »,  organisation membre du réseau international de travailleurs sociaux de rue.

Il est également responsable de la PAAL/OMASS, une structure d’accueil et d’accompagnement pour les personnes en situation d’errance, les usagers  problématiques de drogue et pour leurs familles.

Cette médaille vient reconnaître l’engagement de Claude sur le terrain du travail social depuis plus de vingt ans, selon le représentant de l’État.

Lors de la remise de la médaille, Claude a expliqué sa motivation derrière son engagement : « Cette médaille, je la reçois comme le journal  que me tendrait  Albert Camus, Combat. A travers ces simples mots, je voudrais vous dire que  je reconnais deux ou trois vertus à l’engagement : celle de faire oublier le temps qui passe, et la joie de participer avec vous à la construction d’un monde meilleur. Merci à tous. »  

Réunion du groupe pilote éuropéen de Dynamo International Street Workers Network, Thessalonique, 24 – 29  mars 2013

Les coordonnateurs européens de Dynamo International-Street Workers Network  se sont réunis à Thessalonique, Grèce, du 24 au 29 mars 2013.

Les membres de Belgique, Albanie, Slovaquie, Portugal, France, Autriche, Pologne, République tchèque, Martinique, Bulgarie, Grèce, Espagne, Roumanie, Hollande et Royaume Uni ont échangé sur les activités de leur projet dans le cadre du Programme Progress (UE).

Le partenaire grecque ARSIS, qui s’est chargé de la logistique d’une manière impeccable, a organisé des visites de terrain qui ont permis aux travailleurs sociaux de mieux comprendre la réalité locale.

Dans le cadre de la réunion, une conférence sur le thème « Solidarité et Support Social à travers du travail de rue » a été organisée par ARSIS et par Dynamo International –Street Workers Network le 27 mars 2013.  Parmi les intervenants il y avait des décideurs politiques ainsi que des représentants des autorités locales grecques. Les 140 participants présents à la conférence ont eu l’opportunité d’en savoir plus sur le travail de rue dans d’autres pays européens grâce à un échange interactif avec les membres du Réseau.

PROGRAMME de la conférence. 

PHOTOS    

Résultats du projet belge « Echanges de savoirs et de pratiques avec des travailleurs de rue européens actifs dans le milieu de la prostitution masculine »

En 2012 s’est développé un projet proposé par l’asbl belge ALIAS (membre de l’association « Traces de rue »), qui travaille dans les rues de Bruxelles auprès d’un public d’hommes travailleurs du sexe.

Avec des représentants de deux autres associations belges (BoysProject et Icar), des personnes de l’équipe d’Alias ont rencontré des associations en Allemagne, en France et en Bulgarie afin d’échanger leurs expériences et pratiques auprès de prostitués masculins, souvent moins visibles que les femmes dans ce milieu.

Les échanges ont permis de mettre notamment en avant le défi particulier que représente Internet pour les travailleurs de rue souhaitant entrer en contact (ou le rester) avec les personnes rémunérées par une prestation sexuelle. En effet, dans les quartiers de certaines villes, la prostitution de rue a fortement chuté car favorisé par la toile qui permet un exercice plus « sûr » de l’activité soumise à des contrôles répressifs moindres. Un carnet de route de ces échanges a été produit, reprenant notamment les activités des associations visitées, le contexte local d’exercice de la prostitution, la législation en vigueur.

Ce document a été complété par un rapport établi sur la base  de la participation d’associations de 8 pays européens (Belgique, Angleterre, Roumanie, Autriche, France, Bulgarie, Pologne, Allemagne). La compilation des résultats a permis de déterminer les caractéristiques des travailleurs du sexe, leur particulière mobilité de ce public d’une ville à une autre ou même d’un pays à un autre, des législations plus ou moins strictes à l’égard de la prostitution et de ceux qui l’exercent, des contrôles de police ayant des répercussions directes sur la visibilité de la prostitution, la présence des travailleurs de rue sur la toile pour entretenir un contact avec des travailleurs du sexe qu’ils ne rencontrent plus dans la rue.

Ces deux documents seront prochainement publiés sur le site du Réseau dans plusieurs langues.

Séminaire sur le «Diagnostic Organisationnel Participatif», Lisbonne, 8 – 12 avril 2013

Le séminaire sur le «Diagnostic Organisationnel Participatif», activité soutenue par le programme PROGRESS,s’est tenuà Lisbonne la semaine du 8 avril.

Douze participants venant de Grèce, Albanie, Italie, République Tchèque, Népal, Congo RDC, Bolivie, Portugal, Belgique et Pologne se sont retrouvé en Portugal pour poursuivre le travail entamé par Mourad Ghanem en 2012.

L’objectif était de mieux comprendre le fonctionnement des plateformes nationales et d’ainsi participer au renforcement du Réseau international des travailleurs sociaux de rue. Le défi proposé : à chacun d’analyser son oignon (= sa plateforme)… De quoi travailler dur, et aussi souvent rire à en pleurer (l’effet des oignons…). Les photos en témoignent…

Envoyez-nous vos contributions sur l’action communautaire dans le travail de rue!

Comme prévu, pour 2013 nous publions un ouvrage sur l’action communautaire. Le sujet est particulièrement riche, diversifié et complexe. Afin d’évaluer cette diversité et cette richesse je vous invite à participer à la récolte de données et ce à travers un support.

Le « questionnaire à destination des travailleurs de rue du réseau »nous permettra de récolter un maximum d’exemples concrets et d’informations utiles issues du terrain.

Il est important de le diffuser largement autour de vous et d’en profiter pour organiser des échanges de pratiques avec d’autres travailleurs sociaux de rue.

Afin de garantir la diversité et le respect des singularités régionales, toutes ces données feront l’objet d’une analyse par continent.

Chaque analyse donnera ainsi un chapitre distinct sur l’action communautaire dans chacun des 4 continents. Vos exemples pourront aussi être repris tel quels dans le document final.

J’insiste sur l’échéance du 30 juin pour renvoyer vos réponses et autres documents, ce qui laissera aux rédacteurs le temps d’écrire, de traduire et de publier avant la fin de l’année.

QUESTIONNAIRE

Merci d’envoyer vos contributions à   adelaide@travail-de-rue.net

« Appel à contributions : Travailleurs de rue, racontez-nous votre histoire… »

Faire du travail de rue n’est pas de tout repos : sur le terrain, préoccupés par la volonté de soutenir les populations vulnérables, de les accompagner dans leurs démarches, d’organiser des activités afin de tisser et consolider des liens de confiance, les travailleurs de rue sont dans la perpétuelle création et l’innovation.

Cependant, ils ont constamment des questionnements, des réflexions sur ce qu’ils voient dans la rue, sur leurs propres sentiments par rapport à leur métier. De plus, dans certains pays, leurs actions les confrontent à des menaces, des violences régulières menant à un sentiment d’isolement que l’absence de reconnaissance de leur travail vient renforcer. Bref, on est loin du conte de fées …

C’est pourquoi, en parallèle des divers outils méthodologiques qui ont été publiés par le Réseau ces dernières années afin de renforcer les compétences des travailleurs de terrain, l’envie s’est fait sentir de récolter des témoignages de travailleurs de rue sur leur propre perception de leur travail, de leur relation avec l’autre, les effets de la crise qui les touchent personnellement car des travailleurs de rue, comme les personnes qu’ils accompagnent, font aussi face à la pauvreté. Le témoignage peut prendre une forme très libre.

Vous voulez nous raconter une anecdote sur une situation particulière que vous avez vécue qu’elle ait eu un impact négatif ou positif ? N’hésitez pas ! Vous préférez nous raconter une journée type de votre travail démontrant l’approche de proximité du travail de rue ? Foncez ! Veuillez trouver un petit texte ici vous permettant de nous raconter votre histoire. 


Nouvelles de la Bulgarie: conférence “Un chemin vers la connaissance et le changement positif”,  Sofia, 22 mars

Le 22 mars dernier,  l’association bulgare «Alliance pour les enfants et les jeunes» a organisé la conférence «Un chemin vers la connaissance et de changement positif» à l'Agence nationale pour la protection de l'enfance à Sofia.

Les résultats du projet «Modèle global pour le travail social avec les enfants et les familles à risque" (2010 - 2013) ont été présentés. L'objectif du projet était la prévention de l'abandon scolaire précoce, le sans-abrismeou l’institutionnalisation, à travers le développement et la fourniture de services intégrés dans la communauté et l'amélioration des capacités parentales des familles ayant des enfants à risque. Le projet a touché 102 enfants et 50 familles. 75 enfants ont été inscrits à l'école ou jardin d'enfants, 99 enfants étaient mis en contact avec des médecins.

L'événement a permis aux experts et professionnels de différents domaines de partager leurs idées et propositions pour une interaction plus efficace et durable pour aider les enfants et les familles en difficulté. Parmi les participants figuraient des représentants de la municipalité de Sofia (départements de l'éducation et de la santé); l’Inspection régionale de l'éducation, le Ministère de la santé, l'Agence de protection de l'enfance, l'Université de Sofia, le Centre de crise pour les enfants victimes de violence, des écoles et des ONG sociales.

Par Ulyana Matveeva, member bulgare de Dynamo International Street Workers Network

Photos

 

ACTIVITÉS INTERNATIONALES

Nouvelles de la RDC : le CATSR installe ses pénates dans le Bandundu, avec l’appui de Dynamo International et de Wallonie Bruxelles international

Lentement mais sûrement, le travail social de rue devient une réalité sur l’ensemble du territoire de la RDC ou il n’est plus un secret pour  personne. Après la ville province de Kinshasa, le Kasaï occidental, le Katanga, l’Equateur et le Bas Congo, la province de Bandundu vient d’avoir sa représentation provinciale du Comité d’appui au travail social de rue (CATSR), structure réunissant plus d’une centaine d’organisation en charge de la protection de l’enfance.

Une session de formation a été organisée du 25 au 31 mars 2013 par la coordination nationale du CATSR. Celle-ci est composée des messieurs Edho MUKENDI KAFUNDA, coordonnateur national du CATSR,Antoine KETIKILA chargé de la formation au CATSR et Beckmay KAYEMBE. Partis de Kinshasa, la délégation a réuni vingt participants dans la ville de Kikwit (province de Bandundu), et leur a dispensé des enseignements relatifs au travail social de rue grâce au soutien de Dynamo International et de Wallonie Bruxelles International (WBI).

Ainsi, vingt nouveaux travailleurs de rue ont fait leur entrée dans le cercle ouvert des défenseurs et encadreurs des enfants en situation de rue et autres personnes vulnérables de la société congolaise. Un comité provincial du CATSR a été élu. Il est  dirigé par Jean Bosco KASINGA et une équipe des travailleurs de terrains a été mis en place. La session de formation a été ouverte et clôturée par le représentant du Maire de la Ville de Kikwit, en mission à Kinshasa. Soulignons que parmi les participants à cette session de formation, il y avait des membres d’organisations de la société civile ainsi que des représentants des services publics de l’Etat.

 Par Edho Mukendi Kafunda, coordonnateur du Comité d’appui au travail social de rue (CATSR)



Journée Internationale des enfants en situation de rue

Le réseau international de travailleurs sociaux de rue soutient la campagne « Home Street Home » du Consortium for Street Children.

A l’occasionde la journée internationale des enfants en situation de rue, célébrée chaque année le 12 avril, le réseau international des travailleurs sociaux de rue, fort de 48 pays représentés en son sein, rejoint la campagne « Home Street Home » du Consortium for Street Children.

Parmi ses enjeux, cette campagne plaide pour la reconnaissance officielle par les Nations Unies de cette journée internationale.

En effet, des millions d’enfants à travers le monde ont la rue pour foyer. A cette occasion, Edwin de Boevé (directeur de Dynamo International – coordinateur du Réseau international des travailleurs sociaux de rue) souhaite partager quelques considérations issues des expériences de terrain.

Le TEXTE complet est disponible ici.


Nouvelles du Maroc : bilan des réalisations de l’Entraide nationale, Centres de référence pour mineurs en situation difficile

 L’Entraide Nationale a retenu dans sa stratégie la protection sociale des mineurs en situation difficile. Ce programme vise à  mener une action sociale au profit des enfants mineurs en difficultés ou en situation de rue. Il cherche à offrir à cette population des alternatives d’insertion à travers un processus approprié d’accompagnement.

Dans ce cadre l’Entraide Nationale a engagé un programme social de prévention de l’émigration des mineurs dans les villes de Tanger, Nador, Fkih Ben Salah, Ben Guérir et khouribga. Le financement a été assuré en partie par la coopération espagnole.

Ce programme comprend trois niveaux d’intervention :

Le développement de la capacité technique et managerielle des services déconcentrés de l’EN et de ses partenaires associatifs dans le domaine de prise en charge des mineurs en difficultés ;

La création et la mise à niveau des structures d’accueil pour prendre en charge ces jeunes et leur offrir les conditions nécessaires à leur intégration ;

La mise en place des protocoles de sensibilisation et de vulgarisation des pensées de lutte contre l’émigration et ce en direction des parents et des jeunes porteurs des projets d’émigration.

Pour lire le rapport complet, cliquez ici



 

L’UNION EUROPÉENNE ET VOUS

Ecrivez sur les blogs de l’UE !

Plusieurs commissaires européens tiennent leur propre blog, de même que certains hauts fonctionnaires en poste dans les États membres. Ils s'y expriment sur les affaires européennes, vues de l'intérieur.

La liste officielle de blogs de l’UE est disponible ici

 

AGENDA

Building Tomorrow's Europe, 7 – 8 mai 2013, Bonn, Allemagne

Le 7 et 8 mai prochain, quelques 400 participants venus de partout en Europe parviendront à Bonn pour discuter des enjeux actuels et d'explorer de nouvelles approches en matière de politique jeunesse et de travail des jeunes à travers l'Europe.

La conférence est organisée par « JUGEND für Europa », agence nationale allemande pour le programme Jeunesse en action de l’UE et centre pour les politique européenne de jeunesse, soutien l'intégration européenne depuis 25 ans, notamment par la promotion de la mobilité des jeunes et des experts ainsi que la coopération politique en Europe.

Pour plus d’informations

 

Rencontre extraordinaire du Groupe pilote international de Dynamo International – Street Workers Network, 7 – 12 octobre 2013, Bucarest, Roumanie

Une rencontre extraordinaire du Groupe pilote international de Dynamo International – Street Workers Network aura lieu à Bucarest (Roumanie) du 7 au 12 octobre 2013.

Cette rencontre aura pour sujet principale la future structure du Réseau international des travailleurs de rue, dans la suite des décisions prises lors de la réunion de Rouen en 2012. La rencontre est destinée aux membres du Réseau. Plus d’informations seront envoyées aux coordinateurs des plateformes nationales dans les semaines à venir.

PAROLES DE RUE

Mon filleul de la rue

Il s'appelle Mihai. II est né le 16 août 2011. A cette époque, mon déménagement est en route pour la Roumanie.

Je suis dans des questions logistiques, pour que notre arrivée à Bucarest soit la plus douce possible, surtout pour mes deux filles âgées à l'époque de un et six ans. Alors que je prends mes marques dans une grande maison d'Herastrau, Mihai commence sa vie dans un logement improvisé sur un terrain où se trouvaient d’anciens ateliers de fonderie. Alors que nous profitons d’un confort chauffé en hiver, climatisé en été, Mihai vit avec sa mère, son père, sa sœur et trois autres personnes avec lesquelles ils partagent une pièce ne disposant ni d’électricité, ni d’eau courante, ni de système de canalisations. Le chauffage se fait au bois.

J’ai commencé à parrainer Mihai à travers Parada en octobre 2011. C’est simple. Il s’agit de donner 100 lei par mois. Parada s’occupe ensuite d’utiliser cette maigre contribution pour lui fournir quelques vêtements, des couches et des produits d’hygiène. A Noël, je lui ai fait un colis un peu spécial, plus fourni que les autres colis demandés par Parada. Une combinaison de ski, pour qu’il ait bien chaud en crapahutant dehors. Des bottes de neige pour qu’il ait les pieds au sec alors qu’il fait ses premiers pas sur un terrain vague. Quelques jouets et des confiseries pour la magie de Noël.

De lui je n’ai que quelques photos. Je veux l’aider sans être trop présente. Bientôt, je quitterai la Roumanie, alors que lui doit y construire sa vie. L’équipe de Parada, elle, sera toujours là pour le suivre, du moment que mes dons continuent. Que nos dons continuent. Car il y a encore beaucoup d’autres enfants à parrainer.

Et dans un coin de mon cœur, il y aura toujours la petite bouille ronde de Mihai, mon filleul de la rue.

Maité Mougin

Merci à Ionut Jugureanu (PARADA), membre du réseau international de travailleurs sociaux de rue.                                                                                                                                                                                                                                          

 

 


L’information contenue dans cette publication ne reflète pas nécessairement la position ou l’opinion de la Commission européenne.