Encabezamiento

NEWSLETTER 26

Janvier-Février  2013

EDITORIAL:

Les articles qui suivent mettent fréquemment en évidence que pour bien prendre par le fond les problèmes rencontrés par les enfants des rues, des groupes de recherche et de réflexion sont devenus indispensables.

Il y a lieu, en effet, de distinguer ce qui émane du conjoncturel ou du structurel. Le réseau sans frontières de Dynamo international s’y emploie de plus en plus et des initiatives avec l’Autriche, ou le workshop de Lisbonne avec sept pays européens illustrent cette option.

Plus concrètement, Dynamo s’efforce par ailleurs d’aider financièrement et matériellement les enfants des rues en désarroi total en RDC et Haïti. Car il faut aussi pouvoir parer au plus pressé lorsqu’on se trouve devant des enfants et des jeunes complètement délaissés. Les deux récits relatant les circonstances dramatiques et mortelles qui ont frappé de jeunes êtres innocents suscitent autant de douleur que de révolte.

A vous tous qui êtes engagés dans cette belle entreprise humaniste, recevez, en ce début d’année 2013, tous mes encouragements et mes meilleurs vœux.

Suzanne Toussaint

Présidente de Dynamo International

 

LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET L’EXCLUSION SOCIALE

Educateurs et fonctionnaires en colère. Nouvelle alerte sur le travail social

Que ce soit dans les Samu sociaux, en Prévention Spécialisée ou en Pédagogie de rue, les équipes qui ont déjà fait les frais de diverses "restrictions budgétaires" par leurs autorités de tutelle (Etat, Conseils Généraux, Municipalités, etc.)sont de plus en plus nombreuses.

Et cela, dans une indifférence assez généralisée quant aux effets désastreux se profilant pour les jeunes, les familles, les personnes en situation de rue, publics pourtant déjà fortement paupérisés, isolés et vulnérabilisés...

Et ils le seront encore davantage à la suite de cette désertion des territoires par les travailleuses et travailleurs de rue, qui constituent souvent leurs seuls (ou, du moins, premiers) interlocuteurs face aux situations chaque jour plus complexes et aux "parcours du combattant" à suivre pour trouver de bien insuffisantes réponses institutionnelles...
Voici, pour exemple, un petit aperçu de la mobilisation actuelle des éducateurs de rue de Seine Maritime, département français, qui essaient désespérément de faire entendre à des gestionnaires politiques visiblement peu soucieux du devenir des publics comme de celui des salariés de l'action sociale (et, plus indirectement d'autres acteurs sociaux), l'importance de leur travail auprès de ces populations et l'injustice supplémentaire dont elles seront victimes en perdant des interlocuteurs attentifs à leurs besoins quotidiens.

Vidéo « Educateurs et fonctionnaires en colère » 


Theo L' Huillier, éducateur, Le Havre (France)


NOUVELLES

Conférence finale du projet européen TOUCH


Le 9 Janvier 2013, Jugendstreetwork Graz/Autriche, organisation membre du réseau International des travailleurs sociaux de rue, a participé à la conférence finale du projet TOUCH (programme DAPHNE), une recherche portant sur ​​les interventions efficaces liées à la violence de rue contre les jeunes.

L'événement a eu lieu au Collège NEWMAN de l’université de Birmingham (Royaume-Uni). Les travailleurs de rue autrichien sont assisté à l'événement avec quatre jeunes qui ont été impliqués dans le projet TOUCH. Des professionnels des médias et des journalistes de la radio étaient également présents.
M.Lutzeier, le recteur de l'université, a accueilli les participants par des mots chaleureux. Le clou de la journée fut la projection du film de 65 minutes produit à partir de la recherche. Ce résultat important du projet a permis de donner un aperçu du travail de rue auprès des jeunes de diverses organisations dans différents pays. Nous espérons que ce film sera un outil important pour lutter contre la violence de la rue.
Conclusion: pour en savoir plus sur la violence dans le contexte de la rue, allons écouter les jeunes dans la rue !
Un grand merci au Collège NEWMAN de l’université de Birmingham et surtout à l'enquêteur Mike Seal, qui était responsable de l'ensemble de la recherche.

Plus d’informations

Site web du projet TOUCH

Photos

Bilan de la journée “10 ans de travail social de rue à Zamora (Espagne)» 14 décembre 2012      

En 2002, le Centre Menesiano Zamora Joven et la Mairie de Zamora (Espagne) ont mis en place le Programme de Travail de rue de Zamora. Deux éducateurs sont alors engagés pour concrétiser cette collaboration.

10 ans après, le programme est solide et fait partie des services de la Mairie de Zamora. Pour cet anniversaire, une journée publique a été organisée afin de faire un bilan et mettre en valeur cette pratique socioéducative dans la région. Parmi les interventions, un membre de la plateforme espagnole d´éducateurs de rue présenta les dernières publications de Dynamo International-Street Workers Network.

Presse

Rubén Iglesias (Menesianos – Zamora)

Préparez–vous pour le Concours de Microfilm NOS RUES !

L´équipe communication de Dynamo International – Street Workers Network prépare pour le printemps un concours de microfilms intitulé « Nos Rues ».

Ce concours sera dans le même esprit que le concours Photo de 2011 (Voir expo)

Il s´agira pour des groupes de personnes, accompagnés par des associations et à partir d´échanges et de réflexions, de montrer par une petite vidéo leurs points de vue sur leurs quartiers, villes, villages, espaces publics, sur la rue, sur nos rues. Le concours sera lancé au mois de mars 2013.

Des informations détaillées suivront bientôt !

Street Work Training Institute   Workshop # 3: «Marketing social»

Le troisième workshop international organisé par le Street Work Training Institute de Dynamo International s’est tenu à Lisbonne du 17 au 21 décembre 2012, avec la participation de travailleurs de rue provenant d’Albanie, France, Grèce, Pays-Bas, Pologne, République Tchèque et Roumanie, sur le thème énigmatique du marketing social.

De quoi s’agit-il ?

Le marketing social est né, en tant que discipline, dans les années ’70, lorsque Philip Kotler et Gerald Zaltman réalisèrent que les principes du marketing utilisés pour vendre des produits pouvaient aussi servir pour vendre des idées, des attitudes, des comportements... Le formateur Jan Schellekens a expliqué comment les travailleurs de rue des Pays-Bas appliquent cette méthode au travail éducatif de rue avec le public des jeunes, utilisant toute une série d’astuces (tactiques) et d’outils (opérationnels).

Un succès

A l’image des précédentes, cette troisième formation du Street Work Training Institute a été une réussite. L’interaction entre participants, formateurs et organisateurs (et interprètes) a à nouveau fonctionné à merveille. Un exposé de Hunter Halder, coordinateur du projet RE-FOOD et spécialiste en communication a permis d’aborder aussi le marketing comme outil de recherche de fonds. Les participants ont ensuite pu accompagner les équipes de volontaires de RE-FOOD qui récoltent et redistribuent les excédents alimentaires des restaurants d’un quartier du nord de Lisbonne. 

Les participants ont trois mois pour réaliser un travail pratique appliquant les techniques de marketing social et rendre leur rapport.

Olivier Pourbaix, Directeur Street Work Training Institut

Création d’une nouvelle organisation: Le Réseau de « professionnels du travail de jeunesse en milieu ouvert en Europe » (POYWE)

Coordinateurs respectifs de plateformes néerlandaise et autrichienne membres du Réseau international des travailleurs sociaux de rue coordonné par Dynamo International.

Du 14 au 16 janvier 2013, Helmut Steinkellner (Autriche) et Henk Geelen (Pays-Bas) ont participé, au nom de Dynamo International – Réseau international des travailleurs sociaux de rue, à la première conférence du Réseau « professionnels du travail de jeunesse en milieu ouvert en Europe » (POYWE). Cette réunion a été organisée à Vienne par BOJA Autriche avec le soutien financier du Programme Jeunesse en action.

La participation de 96 personnes venant de 21 pays européens a fait de cette rencontre un véritable événement interculturel. Elles ont reçu des informations utiles à propos du concept de « Travail de jeunesse en milieu ouvert » (Open Youth Work) et concernant la politique européenne en matière de jeunesse. De nombreux participants ont notamment demandé des éclaircissements s’agissant de la terminologie.

Cette conférence a souligné le besoin d’échange renforcé d’informations entre les travailleurs de rue à travers les pays. Le fait que de nombreuses personnes ne connaissaient pas l’existence d’un Réseau international de travailleurs sociaux de rue a montré qu’il était urgent d’accentuer une coordination effective et une meilleure communication au niveau européen et national.

Pour d’autres informations à propos du travail du réseau POYWE.

Photos

Henk Geelen et Helmut Steinkellner

Members of Dynamo International Street Workers Network

 

ACTIVITÉS INTERNATIONALES

Collecte de fonds pour l’achat de matériel pour les enfants des rues en RDC

Grace à la générosité de nos donateurs,  nous avons récolté près de 200 kg de matériel pour soutenir  les éducateurs de rue travaillant avec les enfants en République Démocratique du Congo (RDC). L’initiative a été réalisée suite à un appel lancé par Bernard de Vos, Délégué General aux Droits de l’Enfant de la Communauté française de Belgique.

En effet, les travailleurs de rue en RDC faisant face à un manque considérable d’outils d’animation pour les enfants, n’ont pas la possibilité d’exercer leur travail dans des conditions optimales. 

La récolte a permis au Comité d’Appui au Travail Social de Rue (CATSR), partenaire de Dynamo International en RDC, de rassembler des jeux de société, du matériel de bricolage, ainsi que du matériel sportif. 

La récente visite des représentants de Dynamo International en RDC à l’occasion de la signature du protocole de collaboration entre  entre la RDC et la Fédération Wallonie - Bruxelles pour la mise en œuvre de la loi en faveur de l'enfance congolaise fut également l’occasion d’envoyer et de distribuer une première partie des dons. 

La distribution du reste de la récolte sera organisée dans le courant du mois de février.

Nous remercions chaleureusement toutes les personnes ayant contribué d’une manière ou d’une autre à cette action.  Ce geste généreux participe à la construction commune d’une société plus juste et plus solidaire.

Ayant récolté suffisamment de matériel pour les mois à venir, nous ne collectons plus de matériel mais un soutien financier reste le bienvenu : le travail de rue ne s’arrête jamais, il est toujours temps de soutenir les enfants en situation de rue !

Pour tous dons, voici les références bancaires:

Dynamo International, BE65 0682 3748 2396, BIC: GKCCBEBB 

Pour plus d’information: dynamo-int@travail-de-rue.net

Signature du Protocole de collaboration 


Photos 

Bilan du projet visant l’amélioration des conditions de vie des enfants en situation de rue à Haïti

Le projet, sur 16 mois, a été implanté à Port-au-Prince, Jacmel et Petit Goâve, territoires très affectés par le tremblement de terre du 12 janvier 2010.

La grande vulnérabilité des enfants à Haïti est antérieure au séisme, à cause d´un manque de cadre légal de protection, de l´existence de travaux forcés et d´abandons systématiques de mineurs dans la rue ou dans des orphelinats. Avec le tremblement de 2010, cette situation s´est aggravée, particulièrement pour les enfants en situation de rue.

Pour tenter d’apporter des réponses, l’ Asociación Navarra Nuevo Futuro, avec le partenaire local (le Centre d´Éducation Populaire - CEP) et en collaboration avec Dynamo International, a mis en œuvre un projet fin 2011 avec le financement de la coopération au développement espagnole.

Ce projet vient d´être clôturé et nous avons observé d´importants résultats.

Tout d´abord, le service psychopédagogique mis en place de manière expérimentale a travaillé avec 1.170 enfants dans les 3 villes. Ensuite, la coordination de personnes de la société civile travaillant dans le domaine de la protection de l´enfance s´est améliorée. La plateforme haïtienne de travailleurs sociaux de rue s´est ainsi renforcée. 40 éducateurs des 3 villes ont participé à un programme de formation.

Enfin, ce projet a réussi à rendre plus visible la situation des enfants en situation de rue. Il est important de continuer à travailler en faveur des droits de l´enfant. Le projet et son financement se terminent, mais la plateforme haïtienne des travailleurs sociaux de rue continue son travail.

Site-web                                                                                                                                                        

Photos

 

L’UNION EUROPÉENNE ET VOUS

Engagez-vous dans le programme Jeunesse en Action!

"Jeunesse en action" est un programme européen destiné aux jeunes âgés de 15 à 28 ans (dans certains cas de 13 à 30 ans). Il vise à développer le sens de la citoyenneté active, de la solidarité et de la tolérance des jeunes européens et à leur faire jouer un rôle actif dans la création de l'avenir de l'Union européenne.

Avec un budget total de 885 millions d'euros pour sept ans (2007-2013), le programme soutient un vaste éventail d'activités destinées aux jeunes et aux animateurs de jeunesse.

Le Guide du Programme Jeunesse en Action 2013

AGENDA

Conférence européenne  « Home-less & Home-first »

La conférence  européenne «“Home-less& Home-first”  aura lieu du 6 au 8 mars 2013 à Rome, en Italie.

L'événement mettra l'accent sur ​​les personnes âgées vivant dans des conditions sociales et sanitaires précaires et qui sont à risque de marginalisation et d'exclusion sociale.

Pour plus d'informations et pour vous inscrire


Formation de formateurs «Echange de pratiques + Animation de formations e-Learning»

Le Street Work Training Institute de Dynamo International organise une Formation de formateurs sur le thème «Echange de pratiques +Animation de formations e-Learning» qui se tiendra à Lisbonne du 25 février au 1er mars.

Les participants se formeront à la pratique de formation à distance à destination des travailleurs de rue du monde entier (e-Learning). La formation comprendra aussi plusieurs workshops d’échange d’expériences animés par les participants, qui nous viendront de Norvège, Espagne, Pays-Bas, Vietnam, Guyane, Martinique, Mexique, Sénégal, Congo (RDC), Brésil, Burkina Faso, Grèce, Albanie, France, Belgique, Québec et Portugal.

Les objectifs de cette formation sont :

Promouvoir l’échange international de pratiques entre professionnels de la formation en travail social de rue;

Réaliser la planification de huit modules définis par le Groupe de formation du Réseau, en format e-Learning;

Former une équipe de formateurs du Réseau qui pourront dynamiser les formations en ligne ;

Outiller les participants de stratégies pédagogiques d’animation et de motivation des apprenants en ligne.

Il reste quelques places disponibles.

Prix : 600€

Renseignements : institute@travailderue.org  - Olivier Pourbaix

PAROLES DE RUE

Mort d’un enfant en situation de rue bulgare, renversé par un bus scolaire en Grèce

ARSIS, Association pour le soutien social des jeunes en Grèce, a exprimé sa tristesse et sa douleur en apprenant la mort d’une enfant de 11 ans bulgare, heurtée par un bus scolaire à Lagada.

Dans le cadre de ce tragique accident, ARSIS proteste intensément et publiquement contre la poursuite sans entrave du phénomène du travail des enfants dans les rues ces dernières années et veut dénoncer, une fois de plus, l’absence de mesures essentielles de prévention et de protection de ces enfants, victimes moralement et physiquement dans leur vie quotidienne. L’association souhaite également attirer l’attention des citoyens et de la société sur le phénomène du travail des enfants dans les rues.

Cette jeune fille de 11 ans était une de ces nombreux enfants que l’équipe de l’association rencontre dans les rues de Thessalonique où le danger quotidien auquel ils font face se confirme, d’une manière tragique malheureusement ici.

Ce fait dramatique peut encore maintenant être le point de départ pour une prévention et une confrontation effectives de ce phénomène en engageant des institutions ainsi que les autorités publiques officielles.

ARSIS propose que cette triste histoire soit prise en considération par les autorités compétentes qui devraient informer les enfants et leurs familles des risques de travailler dans la rue ainsi que de leur intégration dans le système éducatif et des possibilités pour soutenir ces familles. 

Vous pouvez trouver ici des photos du lieu de l’accident (le bus et le vélo de l’enfant)


VENDRE LA MORT ....Soif des téléspectateurs?


Par Julia Mamani, DEPSICOM Réseau départemental pour les droits des enfants et adolescents en situation de rue, Bolivia


Le cycle de vie de tout être humain est de naître, grandir, vieillir et mourir, certains meurent avant de vieillir, d’autres en naissant et quelques-uns à la vieillesse.

Tout au long de ce processus, de nombreuses expériences sont vécues, certaines plus intenses que d'autres, certaines plus désagréables que les précédentes. Mais tous,  tout au long de notre vie et lors de notre dernier souffle et après celui-ci, méritons le respect et ceci indépendamment de conditions économiques, styles de vie, situations, etc.

La mort est notre dernier cycle, à certains elle les prend par surprise, pour d’autres dans l’agonie et quelques-uns sont en attente. Les personnes en situation de rue sont confrontées à des situations à risque et sont plus vulnérables à la contagion de maladies mortelles, aux bagarres dans la rue avec des armes, etc. et leur cycle de vie peut être très court car la vie dans les rues n'est pas facile, elle est pleine de dangers, et les risques encourus du fait de vivre et survivre sur les trottoirs et dans les canaux sont nombreux.

La mort dans les rues ou à un rond-point du centre de la ville de Santa Cruz de la Sierra en Bolivie, d’une personne qui a mangé, dormi, s’est lavé, brossé, a prié, a autant d’importance que la mort d’une personne vivant en rue et dont personne n’a le droit de commercialiser son corps sans respiration, sans battement.  

Le texte complet (en espagnol) est disponible ICI





 


L’information contenue dans cette publication ne reflète pas nécessairement la position ou l’opinion de la Commission européenne.