ONU : Les enfants en situations de rue perdus dans la traduction onusienne

Une erreur de traduction s’est introduite dans plusieurs versions linguistiques de l’Observation générale n°21 du Comité des droits de l’enfant portant sur les « enfants en situations de rue ».

Comme le rappelle Daniel Stoecklin dans son édito publié ce 23 février sur le site de l’Institut international des droits de l’enfant, c’est la version anglaise « General Comment on children in street situations » qui a d’abord été adoptée. Elle a ensuite été traduite dans les autres langues officielles des Nations-Unies (français, espagnol, chinois, arabe).

Mais la version française est « Observation générale sur les enfants des rues ». Dans la version espagnole on reprend également l’expression « enfants des rues » (niños de la calle). La version chinoise 街头流浪儿童 (jietou liulang ertong) n’est pas non plus une traduction fidèle à « enfants en situations de rue » car elle désigne des « enfants errants dans les rues ».

Spécialiste  des droits de l’enfant et professeur de sociologie de l’Université de Genève, Daniel Stoecklindemande aux membres du Comité des Droits de l’enfant des Nations-Unies chargés de surveillance de l’application de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant de corriger l’erreur rapidement.

« Enfants des rues » vs « Enfants en situations de rue »

Ces traductions sont erronées et le Comité, interpellé par plusieurs personnes (dont le soussigné) affirme avoir « constaté cette anomalie sans pouvoir en déceler les justifications » (communication personnelle), et s’est engagé à apporter un « corrigendum ». Cela permettra de rétablir la cohérence avec la terminologie officielle du Comité des droits de l’enfant qui, depuis 2009, a adopté l’expression « enfants en situations de rue », sous l’impulsion notamment de Jean Zermatten qui en était alors le président (Stoecklin, 2017). L’appel à contribution dans le cadre de cette observation a donc été fait sous l’intitulé « enfants en situations de rue.

Parmi les acteurs de terrain, Edwin de Boevé, Directeur de Dynamo international-Street Workers Network, relève dans son courrier électronique du 24 janvier 2018 au Comité des droits de l’enfant que « De fait, le terme « enfants en situation de rue » illustre bien ce que l’Observation générale démontre, à savoir le fait qu’il s’agit ici d’enfants… qui ont tissé des liens étroits avec les lieux publics et pour qui la rue est un élément essentiel de leur identité et de leur vie quotidienne. Des enfants qui se retrouvent pour une période courte, moyenne ou longue dans la rue et ce pour des raisons multiples et variées. Chaque situation d’enfant est dans ce sens unique et singulière. La « situation de rue » exprime bien le fait qu’il s’agit donc bien d’un passage, d’une dynamique et que la situation n’est pas figée ».

Enfants des rues » : une simplification stigmatisante

L’accent mis sur la dynamique de la situation de rue, et donc sur des causes qui ne peuvent être réduites à la responsabilité de l’enfant ou de ses parents, permet d’éviter la stigmatisation attachée à l’expression « enfants des rues ».

Pour bien comprendre la différence fondamentale entre ces deux expressions, il suffit de prendre un cas concret et de remplacer le mot enfant par n’importe quel prénom. Entre « Pascal des rues » et « Pascal en situation de rue » il y a un fossé :

  • La première appellation est une réduction stigmatisante, faisant de Pascal un épouvantail qui porterait en lui les caractéristiques de la rue.
  • Tandis que la seconde amène à comprendre la situation vécue par Pascal comme une recherche de solution transitoire à ses problèmes.

L’esprit de l’Observation générale n° 21 en péril

Répression ou victimisation larmoyante d’un côté, accompagnement d’un enfant dans l’exercice de ses droits de l’autre.  Au-delà de l’erreur de traduction littérale, la question n’est donc pas uniquement rhétorique : elle met en péril l’esprit même de l’observation générale, en véhiculant des images et des approches rétrogrades. Il est donc heureux que le Comité corrige rapidement l’erreur.


A lire aussi sur notre site :
En savoir plus :
  • Édito de Daniel Stoecklin (PDF 246 Ko) publié le 23 février 2018 sur le site de l’Institut international des droits de l’enfant
  • Contributions of Daniel Stoecklin for the General comment on Children in street situations, 12 April 2016 (PDF in English 171 KB)
  • Lettre (PDF 135 Ko) envoyée le 24 janvier 2018 par Edwin de Boevé à Mr. Gastaud, membre du Comité des Nations Unies des Droits de l’Enfant
  • Rapport (PDF 1 M0) sur la consultation Européenne des enfants et jeunes en situation de rue organisée par Dynamo International en partenariat avec le Consortium for Street Children (CSC), Bruxelles, 18-19 avril 2016
  • Contribution du Bureau International Catholique de l’Enfance (BICE) sur le projet d’Observation générale sur les enfants en situations de rue (Avril 2016) (PDF 161 Ko)
  • L’Observation générale n° 21 sur les enfants en situations de rue : anglais (PDF 304 Ko), français (PDF 508 Ko), espagnol (PDF 395 Ko), arabe (PDF 582 Ko) et chinois (PDF 699 Ko)
  • Les différentes versions linguistiques de l’Observation générale n°21 sur les enfants en situations de rue en ligne
ONU : Les enfants en situations de rue perdus dans la traduction onusienne