Un enfant « en situation de rue » n’est pas un délinquant !

On n’insistera jamais assez sur les conséquences désastreuses des approches qui considèrent l’enfant en situation de rue comme une victime à « sauver » ou comme un délinquant, surtout lorsqu’elles sont violentes.

Comme souligné dans l’Observation générale sur les enfants en situations de rue du Comité des Droits de l’enfant des Nations Unies adoptée en juin 2017, les stratégies globales à long terme en faveur des enfants en situations de rue doivent s’appuyer sur :

  • « une approche holistique (…) mettant l’accent à la fois sur la prévention et sur l’intervention, conformément à la Convention relative aux droits de l’enfant ;
  • une approche fondée sur les droits de l’enfant, dans le cadre de laquelle l’enfant est respecté en tant que titulaire de droits et souvent associé à la prise de décisions. »

Une approche fondée sur les droits de l’enfant, qui est comparée à deux autres approches souvent mise en œuvre à savoir :

  • « (…) une approche fondée sur la protection sociale, qui vise à « sauver » de la rue un enfant considéré comme un objet ou une victime et dans le cadre de laquelle les décisions sont prises pour l’enfant sans véritable prise en considération de son avis, (…)
  • une approche répressive, qui considère l’enfant comme un délinquant ».

Une question sociale qui nécessite une réponse sociale

Les causes qui poussent les enfants dans les rues sont également pointées dans le texte du Comité onusien :

« Les inégalités fondées sur la situation économique, la race et le sexe comptent parmi les causes structurelles de l’apparition du phénomène des enfants des rues et de l’exclusion de ces enfants. Ces inégalités sont accentuées par la pauvreté matérielle, l’insuffisance de la protection sociale, l’inadéquation des investissements, la corruption et l’adoption de politiques budgétaires (fiscalité et dépenses) qui limitent ou réduisent à néant la capacité qu’ont les plus démunis de sortir de la pauvreté ».

Il ne s’agit donc plus de considérer la situation de rue comme une fatalité qui entraine de fait une réponse caritative uniquement, mais de considérer la question des enfants en situation de rue comme une question sociale qui nécessite une réponse sociale. Et qui dit sociale dit politique.


A lire aussi sur notre site :
En savoir plus :
  • L’appel à contributions du Comité des Droit de l’Enfant et les différentes contributions de la société civiles
  • La liste des contributions à l’élaboration de l’Observation générale n°21 sur les enfants en situations de rue en ligne
  • Rapport (PDF 1 M0) sur la consultation Européenne des enfants et jeunes en situation de rue organisée par Dynamo International en partenariat avec le Consortium for Street Children (CSC), Bruxelles, 18-19 avril 2016
  • L’Observation générale n° 21 sur les enfants en situations de rue : anglais (PDF 304 Ko), français (PDF 508 Ko), espagnol (PDF 395 Ko), arabe (PDF 582 Ko) et chinois (PDF 699 Ko)
  • Les différentes versions linguistiques de l’Observation générale n°21 sur les enfants en situations de rue en ligne
Un enfant « en situation de rue » n’est pas un délinquant !